Qu’est-ce que la motricité libre ?

le 19 mai 2017

Alexia, maman du petit Tristan, s’interroge sur la motricité libre. Qu’est ce que c’est ? Et comment l’appliquer avec son fils de 1 an et demi ?

La motricité libre c’est permettre à son enfant d’acquérir chaque étape de son développement (se retourner, ramper, s’asseoir, marcher…) par lui-même, c’est-à-dire sans que l’adulte fasse les mouvements avec lui mais en mettant à sa disposition des jouets et du matériel adaptés à ses besoins. Prenons l’exemple de la station debout, l’enfant se redresse en prenant appui sur un meuble, il tombe une première fois et ainsi de suite jusqu’à trouver, grâce à cette expérience, le bon écartement de jambe qui lui permet de trouver l’équilibre.

Chaque enfant a son propre rythme. Votre enfant acquiert une posture une fois que ses muscles sont prêts pour la tenir. S’il ne se met pas assis ou debout par lui-même c’est que ses muscles ne sont pas suffisamment matures pour le faire.

Le développement psychomoteur comporte :

– Des phases de progression dans le développement

– Des phases de stagnation où l’enfant reste pendant plusieurs semaines dans la même posture pour manipuler les objets un certain temps (rappelons que l’enfant a besoin de plus de 200 manipulations avant d’en connaitre toutes les caractéristiques) et laisser le temps nécessaire à ses muscles de se tonifier pour passer à l’étape suivante

– Des phases de régression : un enfant qui se déplace à 4 pattes pendant quelques jours alors qu’il a acquis la marche depuis plusieurs mois. Elles sont nécessaires pour se ressourcer, prendre ou reprendre confiance en lui : il ne faut pas oublier que toutes les étapes du développement psychomoteur demandent beaucoup d’énergie à l’enfant et les acquisitions sur quelques mois se comptent par centaines. Elles sont aussi nécessaires pour se ressourcer quand l’enfant doit passer une étape de vie qui le chamboule (ex : un déménagement ou la naissance d’un petit frère ou d’une petite sœur).

Les premiers mois l’enfant prend ses appuis moteurs dans les bras. La position d’enroulement « fœtale » dans les bras permet à l’enfant de sentir son corps et de stimuler le développement psychomoteur. L’enroulement acquis, il va pouvoir l’utiliser pour franchir chaque étape de son développement. Le portage peut être renforcé par un porte-bébé physiologique ou une écharpe de portage.

Dès 3/4 mois, la curiosité de votre enfant se tourne peu à peu vers ce qui l’entoure, vous pouvez installer votre enfant au sol, sur un tapis plutôt ferme de manière privilégiée (le tapis d’éveil en simple tissu glisse sous les pieds et ne permet pas de prendre un appui ferme). Positionnez les jouets en arc de cercle au-dessus de sa tête, dès que votre enfant en aura les capacités il les attrapera pour les découvrir, notamment avec sa bouche. En attrapant les jouets au-dessus de lui, il pourra suivre le mouvement de son bassin et se retourner.

Dès que l’enfant se retourne dans les deux sens de façon dos/ventre en utilisant ses mains pour « faire l’horloge », n’hésitez pas à l’installer sur un sol plus ferme (type parquet) pour renforcer ses appuis. A force de faire des « roulés-boulés » votre enfant sort de son tapis rapidement par lui-même, et ainsi il pourra poursuivre ses expérimentations pour se déplacer notamment par le ramper à reculons dans un premier temps.

Les mouvements du bassin deviennent plus énergiques il le décolle du sol. Vient ensuite le dos qui, une fois musclé, va permettre à l’enfant de se mettre peu à peu assis.

C’est aussi la période où votre enfant reste un certain temps sur le ventre à ramper ou à 4 pattes pour ceux qui passent par cette étape, il nous donne l’impression de faire des longueurs jusqu’à arriver à des vitesses de pointe impressionnante. Ceci leur permet de se muscler, de découvrir différents espaces par eux-mêmes pour répondre à leur besoin de curiosité. C’est le moment où l’intégration de certains obstacles peut être intéressante : des cartons à écarter de leur chemin, tunnel, ballons etc.

Puis l’enfant se redresse et chaque meuble devient un support pour s’appuyer. Le canapé permet de se redresser et de se mettre en hauteur pour découvrir leur environnement sous un autre point de vue.

Les trotteurs pousseurs, motos, poussettes en jouets, chaises pour enfant deviennent leurs meilleurs compagnons pour renforcer l’équilibre avant de se lancer vers la marche sans appui : la motricité est à son apogée !

Votre regard bienveillant et tout l’amour donné à votre enfant permet de lui donner la force nécessaire pour franchir chaque étape !

Retrouvez toutes nos questions dans notre rubrique 1001 questions !

Cet article est classé dans : ,

Partager sur: